+33 9 72 34 68 24

Ouverture des magasins tard le soir : quel impact sur votre organisation ?

par | Distribution Alimentaire | 0 commentaires

Depuis le 11 avril 2019, l’amendement à la Loi Pacte – Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises – autorise le travail des employés des commerces alimentaires de 21h à  minuit, sans que cela ne soit considéré comme du travail de nuit. Si désormais les conditions financières et sociales, au sein desquelles est effectué ce travail tardif, sont encadrées par la législation, il faut savoir que 45000 personnes passaient déjà leurs soirées sur leur lieu de travail.

Le phénomène lié au changement des modes de vie et des habitudes de consommation n’est donc pas nouveau, et l’impact sur l’organisation du point de vente n’est pas une découverte. En revanche, il devrait prendre de l’importance notamment dans les centres urbains à forte densité de population et s’accompagner d’une hausse des flux, d’offres adaptées à la zone de chalandise, et d’éventuels services de proximité. Dès lors, comment bien identifier les tâches et les spécificités de l’activité entre 21h00 et minuit, en calculer l’impact en termes de charge pour réorganiser le travail des équipes, et conserver une bonne qualité de service et d’image ?

 

Ouvrir tard le soir, quels enjeux pour les points de vente et quels freins ?

C’est bien simple, la demande est là ! Tout au moins pour les magasins de centre ville des grandes agglomérations françaises. En témoignent les 3000 clients que le Casino de Lyon Garibaldi, reçoit chaque nuit, les 1.6 millions de parisiens qui arpentent annuellement les allées de Monoprix en soirée, ou la hausse de 20% du chiffre d’affaires, enregistrée par le magasin Franprix des Halles à Paris, à partir de 21h00. Et la cible est variée : travailleurs de nuit, urbains pressés et sortant tard du travail, mais aussi touristes et « nuitards » qui consomment à toute heure. C’est un peu comme l’ouverture du dimanche matin : l’enjeu existe et il faut être là !

Or jusqu’à présent, faire ses courses alimentaires après 21h00, bien que possible, était taxé d’illégalité. A ce titre, l’enseigne Monoprix a fait les frais d’une plainte de Clic-P, le Comité de liaison intersyndical du commerce de Paris, l’obligeant à fermer ses portes dès 21h00 depuis le mois de septembre 2018. Quant à Casino Lyon Garibaldi et Franprix les Halles ouverts 24/7, les employés laissaient jusqu’alors le relais aux caisses automatiques, aux vigiles et à la téléassistance, à partir de 21h00, coupant cours aux débats. Si Carrefour fait un carton en Italie avec une centaine de supermarchés et une vingtaine d’hypermarchés ouverts en continu, en France, la culture, le dialogue social et par conséquent la législation constituent encore des barrières non négligeables, sans parler des coûts concernant le personnel, les dispositifs spéciaux et les frais généraux.

Alors, travailler tard … oui, mais pourquoi ?

Parce qu’à l’heure du 24/24, Uber Eats livre des repas en continu, et l’offre alimentaire en e-commerce prend de l’importance. De plus – et surtout – le modèle d’ouverture jusqu’à une heure tardive  permet aux enseignes de drainer de la clientèle sur le centre-ville et de la fidéliser. Dans une société où les habitudes de consommation évoluent, les plages horaires s’étirent dans tous les domaines, dans un besoin de satisfaction instantanée, il est donc indispensable pour les points de vente de s’adapter dans tous les sens.

Travailler tard, oui mais !

Il est en effet essentiel de sécuriser la contrepartie financière, améliorer les conditions de travail, faciliter l’articulation de l’activité professionnelle avec la vie personnelle, garantir l’emploi et assurer l’égalité entre les femmes et les hommes au passage. Et ce, même dans les Zones Touristiques Internationales mises en place par la loi Macron en 2015, au nombre de 10 à Paris et 8 en région.

La réponse à ces différents enjeux impliquant une modification des temps de travail dans le respect de la législation, ainsi que bien souvent le développement d’offres spécifiques à la clientèle de soirée selon les exigences de la zone primaire, il s’avère nécessaire d’y adapter l’organisation en tenant compte et en maîtrisant mieux, les facteurs susceptibles de l’impacter.

 

Ouvrir tard le soir : quel impact sur votre organisation et comment l’absorber ?

Pour l’instant, s’il n’est pas question de penser à une ouverture des surfaces alimentaires 24h/24 en France, le travail des collaborateurs autorisé de 21h00 à minuit, engendre tout de même son lot de nouveautés et de remises en questions.

Un exemple tout simple mais Ô combien crucial concerne le phénomène de rupture. En effet, les linéaires sont plus vides en soirée, ce qui peut rapidement voire instantanément mettre à mal la fréquentation du magasin. Et si le réassort est effectué lors d’un pic de fréquentation nocturne, la cohabitation entre clients et collaborateurs se révèle compliquée, voire en dehors des normes de sécurité. De même, dans le cas où l’offre présente des produits frais qui doivent être maintenus sur un labs de temps plus long, le taux de casse et de perte risque d’augmenter et grever la rentabilité. Imaginez aussi les frais de personnel engendrés pour une poignée de clients noctambules, si le nombre d’employés est supérieur aux besoins de l’activité.

Autant d’exemples qui démontrent la nécessité de bien connaître les tâches additionnelles à effectuer – comme la mise en place d’une offre de service à l’image du concept Mandarine de Franprix – les tâches habituelles à réorganiser – par exemple la gestion des ruptures et la repasse en journée mais aussi en soirée – celles qui ne présentent pas de valeur ajoutée au moment où elles sont réalisées, ainsi que les heures de travail sans activité.

Organiser le travail des équipes de manière optimale autour de ces tâches, sans creux ni surcharge, demande aussi de savoir anticiper les flux liés à votre point de vente. Qu’ils concernent les livraisons (flux réels), les produits vendus et le nombre de passage en caisse vous devez être en mesure de tenir compte de l’ensemble de ces données terrain, pour prévoir les variations d’activité et les personnes à affecter en nombre suffisant, au bon lieu et au bon moment, en fonction des spécificités et des exigences qu’entraîne l’ouverture tardive.

Avant d’aller plus loin, il est important de savoir que sans un outil performant, une telle organisation est impossible.

Vous souhaitez en savoir plus
sur la plateforme de pilotage TimeSkipper

Le pilotage d’activité, planche de salut de la distribution alimentaire, pour « organiser et rentabiliser les ouvertures tardives »

Constatant un véritable besoin de pilotage d’activité dans la distribution, l’équipe Timeskipper a mis au point une puissante plateforme en mode SaaS, la seule d’ailleurs qui permet d’organiser en temps réel le travail des équipes des points de vente en fonction des besoins de l’activité constatés à un moment donné.

Pour aller un peu plus dans le détail, cet outil vous permet de modéliser l’ensemble de votre organisation, des processus jusqu’aux opérations qui composent chaque tâche. L’historique de vos flux réels et prévisionnels est intégré à son moteur prédictif basé sur une Intelligence Artificielle, qui est mise à jour en temps réel en fonction de vos données terrain. Son utilisation au quotidien permet donc d’anticiper l’activité et optimiser le travail des équipes de manière toujours plus précise en tenant compte des contraintes des différents métiers, des compétences de chacun et des aléas divers : des temps libres sont identifiés puis réaffectés ou économisés. Par exemple dans le cas du travail en soirée, vous pouvez calculer la charge de travail en fonction des prévisions d’activité du jour et de l’heure, et affecter le bon nombre de collaborateurs en caisse, au service snacking le cas échéant, à la gestion des ruptures … Vous pouvez également décaler le réassort en introduisant la polyvalence sur une équipe travaillant en journée, sur laquelle vous aurez identifié des temps libres. A ce titre, vous constaterez même peut-être que vous pouvez ouvrir jusqu’à minuit sans forcément ajouter des collaborateurs en rayon.

Une meilleure organisation menant à plus de sérénité, les changements et l’adaptation liés au travail en soirée, mais aussi à l’ensemble des transformations au sein de la distribution, sont absorbés sans douleur, dans le respect de la législation, et servent mieux l’expérience client. Et que dire de plus d’un outil qui non seulement permet d’éviter le gaspillage de temps, donc d’argent, mais présente aussi un ROI toujours inférieur à 6 mois ? A priori rien, sauf qu’il est urgent de le découvrir ! D’autant que le travail autorisé en soirée constitue un pas supplémentaire vers une généralisation de l’ouverture des magasins le dimanche, voire en continu. Dans ces deux cas, les enjeux et les impacts organisationnels, relèvent d’une dimension d’une toute autre envergure

 

 

La plateforme Saas de pilotage d’activité au quotidien Timeskipper, vous permet de matérialiser et modéliser votre nouvelle organisation, intégrer en temps réel les variations de l’activité de votre point de vente ainsi que les alea et les contraintes liées à votre métier, comme la polyvalence ou la multi affectation. Des temps mal utilisés sont identifiés et récupérés pour être investis dans les innovations en lien avec l’amélioration des performances du point de vente. Pour réaliser vos objectifs et les dépasser, pensez Timeskipper !

 

Développez la rentabilité de vos points de vente en identifiant le temps de travail perdu

Téléchargez notre livre blanc

temps de travail perdu livre blanc

 

Développez la rentabilité de vos points de vente en identifiant le temps de travail perdu

Téléchargez notre livre blanc

temps de travail perdu livre blanc